Dacia Sandero Stepway TCe 90

Le savoir-faire des designers
En garant une Sandero Stepway aux côtés d’un modèle « normal », l’effort en matière d’artifices stylistiques est immédiatement visible – et, pour tout dire, il nous apparaît comme ayant porté ses fruits. De fait, depuis son restylage, la Sandero a gagné en charisme, mais en version Stepway, elle franchit encore un cap, et son côté « baroudeur musclé » la rend tout simplement plus désirable. Concrètement, cela se traduit au niveau de l’extérieur par une garde au sol rehaussée, des passages de roues plus larges, sans oublier des « skis » de protection dans les boucliers avant et arrière bi-ton. De plus, la Sandero Stepway dispose de projecteurs antibrouillard de série, ainsi que de jantes de 16 pouces aux enjoliveurs spécifiques. Enfin, les barres de toit – également bi-ton – affirment encore davantage la personnalité du véhicule. Combinés, tous ces éléments lui permettent d’entrer en concurrence avec les autres SUV urbains du marché tels que la Volkswagen Cross Polo ou la Peugeot 2008, par exemple. Lorsque l’on considère le nombre très important de pièces en commun avec la Sandero « de base », il ne s’agit pas là d’un mince exploit.
Un très bon niveau d’équipement



Pour toutes celles et tous ceux qui associent encore le concept du « low-cost » à l’absence de confort et d’équipement high-tech, la Sandero Stepway prestige est le véhicule idéal pour chasser ces idées reçues. Certes, vous ne trouverez pas d’affichage tête-haute, de détecteur de véhicule dans l’angle mort ou de système de parking semi-automatique, mais pour moins de 13 000 €, vous disposerez en série de la climatisation, de quatre vitres électriques, d’un système multimédia tactile – très facile à utiliser – faisant également office de GPS, d’un régulateur/limiteur de vitesse, de radars de recul, etc. Une très belle sellerie mixte cuir/tissu est également disponible en option, pour 600 €. Certes, les plastiques demeurent un peu trop durs et quelques vis clairement visibles dénotent d’une finition qui pourrait être meilleure, mais compte tenu du prix, ces quelques remarques s’effacent vite. Par ailleurs, la Sandero Stepway bénéficie d’une bonne modularité grâce à une banquette arrière 1/3 – 2/3, et l’habitacle regorge d’espaces de rangement pratiques – à l’instar des bacs sur les portes avant qui peuvent contenir chacun une bouteille de 1,5 litre. Soulignons que le volume maximal de chargement s’élève à 1 200 dmᶟ, tandis qu’avec la banquette arrière en place, il est de 320 dmᶟ, dans la moyenne haute de la catégorie. Enfin, malgré une longueur de citadine (4,08 m), la Sandero Stepway n’est pas avare en place pour les passagers – à l’exception de la place centrale à l’arrière, mais cette remarque est valable pour la plupart des SUV urbains.
Un moteur essence moderne, suffisamment performant et sobre



À la lecture de la fiche technique, on constate que le 0.9 TCe issu du groupe Renault-Nissan est un trois-cylindres plein de bonne volonté, puisque son rendement atteint la barre des 100 ch/litre – certes, grâce à la suralimentation. Il n’en demeure pas moins qu’avec le poids contenu de la Sandero Stepway (1023 kg), les accélérations et les reprises sont globalement suffisantes, quel que soit le profil de la route. On aurait évidemment préféré le 1.2 TCe de 125 ch, mais celui-ci est réservé au Duster. Quoi qu’il en soit, en dépit d’un léger creux à bas régime, le 0.9 TCe se défend très bien et l’absence de vibrations au ralenti rend la conduite urbaine bien plus agréable qu’avec un diesel. Au niveau de la consommation, nous sommes parvenus à une moyenne de 6,3 litres/100 km, tout à fait respectable, sachant qu’il est possible de descendre en dessous en étant doué en éco-conduite et qu’avec un pied droit lourd la Stepway ne dépassera pas les 7,5 litres/100 km. Sachant que la fiscalité de l’essence pourrait devenir plus avantageuse d’ici peu et que le moteur dCi de 90 ch réclame plus de 1 500 € supplémentaires, nul doute que le 0.9 TCe aura du succès.
##separator##
Le bilan



La Dacia Sandero Stepway se révèle donc confortable (avec de généreux débattements de suspensions), bien équipée, dotée d’un moteur lui permettant de sortir sans souci des centres urbains, et son habitabilité conviendra parfaitement à un couple ayant deux jeunes enfants. Les citadins loueront le diamètre de braquage (de 10,68 m) facilitant considérablement les manœuvres, ainsi que la position de conduite plus haute qui permet d’avoir une meilleure visibilité. À l’inverse, les personnes ayant besoin d’emprunter des chemins carrossables apprécieront les protections de caisse et la garde au sol de tout de même 20 cm – soit davantage que certains SUV nettement plus haut de gamme. En parlant de concurrence, la Sandero Stepway occupe une place privilégiée sur le marché, car s’il est vrai que la C4 Cactus est plus habitable, elle n’est accessible qu’à partir de 15 200 € et, à ce prix, elle ne dispose pas de tous les équipements de la Dacia. Il en va de même pour les modèles d’entrée de gamme des rivales – que ces dernières soient françaises (Peugeot 2008), italiennes (Fiat 500X) ou allemandes (Cross Polo) –, qui sont nettement plus chers et/ou moins bien dotés.


##onaime##
On aime :

  • Le moteur 0.2 TCe de 90 ch, pour sa souplesse, ses performances « suffisantes » et sa sobriété, ainsi que le confort de roulement
  • Le style « baroudeur » qui confère davantage de personnalité à la Sandero
  • L’habitabilité dans la moyenne haute de la catégorie
  • La capacité du véhicule à faire bonne figure partout
  • Le rapport prix/équipement

##onaime##
On aime moins :

  • La finition qui reste en retrait
  • Le léger creux du moteur à très bas régime
  • Les mouvements de caisse un peu trop prononcés
  • Le manque d’une boîte à six rapports
  • L’absence de quelques équipements de sécurité de dernière génération (comme le détecteur de véhicule dans l’angle mort, par exemple)

##onaime##



##verdict##
La Sandero Stepway obtient une note de 16/20
##verdict##



Avec des notes sur 5 :
##notes##

    Sécurité : 4

  • Facilité de contrôle 4,5
  • Aide à la conduite 4
  • Freinage 4
  • Visibilité 4,5
  • Airbags 4
    Budget : 4,5

  • Prix d’achat 4,5
  • Consommation 4
  • Rapport prix-équipement 5
  • Garantie et programme d’entretien 4
  • Facilité de revente 4,5
    Confort : 4,5

  • Suspension 4,5
  • Insonorisation 4,5
  • Siège avant et position de conduite 4,5
  • Siège arrière et habitabilité 4,5
    Conduite : 3,5

  • Puissance et performances 3,5
  • Souplesse 4
  • Reprise 4
  • Boîte de vitesses 3,5
  • Précision de la direction 3,5
  • Diamètre de braquage 4
  • Douceur de la direction 4
    Aspects pratiques : 4,5

  • Coffre, volume, accès, forme 4,5
  • Modularité 4
  • Ergonomie 4,5
  • Petits rangements 4,5
    Équipements de série de base : 4
    Qualité de la finition : 3,5
    Originalité du design : 4
    Écologie : 3,5

##notes##

Essayez les derniers modèles auto

– Service gratuit

– Dans les concessions les plus proches de vous

– Tous les nouveaux véhicules neufs de nos marques partenaires