L’ADEME s’engage dans le développement de bornes de recharge

Les principaux intéressés auront jusqu’à fin mars 2017 pour répondre à cet appel de l’Etat. La réalisation de ce projet sera partie intégrante du budget du Programme d’Investissement d’Avenir. Le but est, à terme, de développer massivement le réseau d’infrastructures de recharge publique, encore trop peu implanté en France. Collectivités locales, intercommunalités, syndicats d’énergies, départements et régions sont directement concernés par ce projet d’avenir.

Plus de bornes de recharge à longue durée

L’ADEME souhaite tout particulièrement axer son appel à projet sur les bornes nécessitant une location de longue durée. Une proposition qui devrait aider les propriétaires de voitures électriques ne disposant pas de prise de recharge chez eux, faute de garage ou de lieu de stationnement.

Les conditions du financement

Tout d’abord pour une recharge dite “normale” ou de longue durée (7 – 22 kW), l’ADEME entend participer à hauteur de 50 % au financement, avec une limite fixée à 3 000 € par borne de charge. Pour une recharge “rapide” (moins de 22 kW), le financement sera de 30 % avec une limite de 12 000 € par borne. Dans ces aides, l’ADEME prend en compte les frais liés aux fournitures des matériaux, leur installation et le raccordement des bornes.

Afin d’obtenir les aides au financement, les acteurs publics devront respecter plusieurs critères :

  • – le montant de l’aide demandé ne doit pas être inférieur à 50 000 € ;

  • – le projet doit représenter l’installation d’au moins 20 bornes de recharge ;

  • – les travaux devront être réalisés avant la fin d’année 2019, avec l’accord des services de l’ADEME.

Les conditions d’installation

Du côté technique, les bornes “normales” devront être équipées de socle T2S ou T2, avec une prise domestique obligatoire. Les bornes “rapides” devront quant à elles proposer trois standards de recharge : AC, Combo et CHAdeMO. 

Du point de vue de l’accessibilité aux bornes, les collectivités doivent s’engager à offrir au moins deux heures de stationnement gratuit aux usagers. Les bornes devront être à minima équipées d’un lecteur de badge RFID. Si le service s’avère payant, les bornes nécessiteront un système de paiement obligatoire. Sur les zones de forte activité, un principe de rotation sera mis en place afin d’éviter tout stationnement abusif.

Avec ce projet d’envergure, Ségolène Royale prévoit l’installation de 3 000 à 5 000 bornes supplémentaires sur le territoire français.

Essayez les derniers modèles auto

– Service gratuit

– Dans les concessions les plus proches de vous

– Tous les nouveaux véhicules neufs de nos marques partenaires