Mise en circulation immédiate des voitures-radars

Nouvelle mesure de la Sécurité Routière

La Peugeot 308 arrive sur les routes de Normandie pour servir de voiture-radar

Depuis le 23 avril 2018, on compte au nombre de 5 les voitures-radars présentes dans l’Eure. Ce sont des Peugeot 308, autorisées à circuler sur les routes normandes. Puis, c’est 21 autres véhicules de marques différentes qui rejoindront la Normandie pour sanctionner les excès de vitesse. Ce procédé, réalisé habituellement par des gendarmes et des policiers, était à l’état d’expérimentation depuis 2013 et vient tout juste d’être mis en place.

Mais quel est l’objectif de la Sécurité Routière ? D’une part, ce déploiement de radars embarqués aura pour effet immédiat de libérer les forces de l’ordre qui pourront s’occuper de tâches plus importantes. Mais aussi, faire baisser la mortalité sur les routes a toujours été une priorité pour la Sécurité Routière, surtout quand l’on sait que ces dernières années le taux est en pleine stagnation.

En 2019, de nouvelles voitures radars seront étendues à la France entière. Au total, c’est 383 véhicules qui feront leurs entrées sur nos routes pour verbaliser les conducteurs réalisant des excès de vitesse.

Technologie inédite

Le radar intégré, qui se situe au niveau des plaques d’immatriculation, est invisible à l’œil nu. Pour fonctionner, la voiture est dotée de multiples capteurs qui calculent en permanence la vitesse des véhicules qu’elle croise. Que ce soit une voiture qui la double ou bien un autre roulant sur la voie d’en face, le radar agira.  Et bien sûr, quel que soit son allure.

Le flash fonctionne de manière invisible grâce à un système d’infrarouge. Il est donc impossible pour le conducteur surpris en plein excès de vitesse de savoir si oui ou non il a été verbalisé. Il en est de même pour le conducteur du véhicule, qui n’a aucune information concernant les véhicules sanctionnés.

Le parcours de la voiture est déterminé par avance par la Sécurité Routière et est transmis par navigation GPS à son conducteur. Bien évidemment, les itinéraires sont fixés en fonction des zones les plus accidentées.

Les conducteurs sont des opérateurs privés appartenant à la société Mobiom. Ces derniers ne sont pas payés à la contravention. La Sécurité Routière affirme ne pas vouloir mettre un maximum de contraventions mais simplement maintenir l’ordre sur la voie publique. C’est pourquoi, les conducteurs seront rémunérés au kilomètres parcourus et s’ils s’en font plus que prévus, ils encourront une lourde pénalité.

Essayez les derniers modèles auto

– Service gratuit

– Dans les concessions les plus proches de vous

– Tous les nouveaux véhicules neufs de nos marques partenaires