Sécurité routière : bientôt davantage d’équipements obligatoires en voiture

Constructeurs automobiles et sécurité routière

Les constructeurs contribuent grandement à la diminution du nombre de morts sur les routes chaque année. En effet, s’ils rivalisent d’ingéniosité pour développer et appliquer à leurs nouveaux modèles toutes sortes de technologies de sécurité active et / ou passive, la généralisation à l’ensemble de la production automobile demande souvent un coup de pouce. Pour cela rien de plus efficace qu’une mesure législative, qui a déjà permis de rendre l’ESP obligatoire en Europe. D’ici mars 2018, ce sera également le cas du système d’appel d’urgence aux secours au sein de l’habitacle de la voiture.

Avec la publication d’un rapport préliminaire à la révision du règlement relatif à la sécurité des véhicules mentionnant la volonté d’imposer de nouvelles aides à la conduite, la Commission Européenne veut résolument aller encore plus loin dans la sécurité routière.

Les aides à la conduite bientôt obligatoires

Certains équipements se sont, avec le temps, grandement démocratisés, à l’instar du freinage automatique d’urgence ou de l’aide au maintien de la trajectoire. Mais ces aides ainsi que d’autres comme le détecteur de fatigue ou l’adaptation intelligente à la vitesse, devraient équiper tous les véhicules sortants des chaînes de production, d’ici quelques années. Oui, même les prochaines générations de Twingo sont concernées.

La Commission européenne veut aussi légiférer sur diverses aides à la conduite liées à la sécurité passive. Sont concernés l’aide au freinage d’urgence avec les feux clignotants, l’enregistrement des données en cas d’accident, ou encore l’alerte de non-port de la ceinture de sécurité pour tous les passagers de la voiture (!). Ces dispositifs devraient être complétés par une détection des piétons à l’avant et à l’arrière des véhicules, ainsi que par la protection de la tête des occupants d’un véhicule en cas de choc sur les montants du pare-brise et le pare-brise.

 

Bien sûr, ces mesures ne sont pas prévues pour demain. De nouvelles études doivent encore être menées pour mesurer précisément le rapport coût / bénéfice de l’obligation de ces systèmes d’aide à la conduite pour tous les véhicules. La Commission Européenne devra également interroger différents acteurs sur le marché, notamment des constructeurs, et tous ces équipement sécuritaires ne devraient pas être imposés en même temps.

Essayez les derniers modèles auto

– Service gratuit

– Dans les concessions les plus proches de vous

– Tous les nouveaux véhicules neufs de nos marques partenaires